“à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (18. – A. Yves Le Moyne)

A. Yves LE MOYNE

Bois gravé pour la justification du tirage de Les Antidotes fanfreluchés

Ce fut un bien singulier poète qu’Auguste Yves Le Moyne (1889-1964), dont le moins qu’on puisse dire est qu’il ne retint l’attention ni de ses contemporains ni de la postérité. Aussi chercherait-on en vain son nom dans les souvenirs des gendelettres de son temps et dans les manuels d’histoire littéraire. Seuls les universitaires Jean de Palacio, dans Le Silence du texte : poétique de la décadence, et Évanghelia Stead, dans Le Monstre, le singe et le fœtus : Tératogonie et décadence dans l’Europe fin-de-siècle, le mentionnent et le citent. Il faut reconnaître toutefois à Alain Mercier, près de 25 ans avant la parution des ouvrages ci-dessus mentionnés, le mérite d’avoir (re)donné à lire un poème de Le Moyne dans son anthologie, Le Fantastique dans la poésie française (éd. de la Pibole, 1980). Et ce fut à peu près tout jusqu’à ce que nous offrions un choix de ses textes dans L’Œil bleu n° 13 (octobre 2011) et que nous lui consacrions un article dans L’Étoile-Absinthe (tournée 137, 2017).

Auguste Yves Le Moyne naquit en Loire-Atlantique. La lignée paternelle descendait en droite ligne de Jean-Baptiste II Lemoyne, le sculpteur favori de Louis XV. Étonnamment, le jeune homme ne semble pas avoir été particulièrement sensible au style des œuvres au milieu desquelles il grandit ; ses goûts littéraires le portèrent davantage vers un certain modernisme : Leconte de Lisle, Baudelaire, Verlaine, Edgar Poe. Son premier recueil, L’Agonie des fleurs (Figuière, 1912), publié à compte d’auteur, ne cache pas ces influences. Deux autres recueils, Au rythme du silence (Figuière, 1913) et Les Antidotes fanfreluchés (Georges Crès, 1914), paraîtront, toujours aux frais du poète, et formeront avec le précédent ses œuvres poétiques complètes. La carrière littéraire de Le Moyne s’achevait donc, sans doute malgré lui, alors qu’il n’avait pas encore fêté ses 25 ans et qu’il devait vivre un demi-siècle de plus. Cette entrée dans un quasi-silence éditorial, probablement précipitée par la guerre, reste un mystère. Toutefois, malgré la minceur de l’œuvre et sa rareté – le tirage de ses recueils n’excédant pas les 160 exemplaires – Le Moyne nous paraît mériter mieux que l’oubli ; ne serait-ce que par l’influence, poussée jusqu’au mimétisme, qu’exerça Alfred Jarry sur sa poésie à partir d’Au rythme du silence. Dès 1913, soit sept ans à peine après le décès de ce dernier, Les Minutes de sable mémorial, L’Amour absolu, Messaline, Gestes et opinions du docteur Faustroll pataphysicien, devinrent – alors qu’on réduisait à cette époque volontiers Jarry à Ubu et au cocasse anecdotique – les livres-pairs de Le Moyne, auxquels s’adjoignirent quelques autres puisés dans les bibliothèques faustrollienne : Rabelais, Bloy, Péladan, Lautréamont, Mallarmé, et moderne : Aloysius Bertand, Laforgue, Jammes, Saint-Pol-Roux, etc. Et, entre L’Agonie des fleurs et Les Antidotes fanfreluchés, Le Moyne passa sans solution de continuité du pastiche au plagiat. Le poète fut un plagiaire méthodique, mais selon une méthode toute moderne, qui, loin de chercher à dissimuler ses sources les exhibait, et qui annonce les Documentaires de Cendrars (Paris, Stock, 1924) composés de prélèvements textuels réalisés dans des romans de Gustave Le Rouge puis collés les uns à la suite des autres pour former des poèmes. Les Antidotes fanfreluchés sont tout entiers « rédigés » de cette manière, plagiant-collant énormément Jarry, un peu Aloysius Bertrand et un peu Jules Laforgue. Si une distance ironique et critique envers la jeune littérature de son temps n’y est pas à exclure, l’œuvre de Le Moyne – et le dernier volume en particulier – doit être reconsidérée car, s’inscrivant dans l’héritage post-symboliste qu’elle n’hésite pas à passer dans une « machine à décerveler », elle préfigure Dada et ses suites : elle est une de ses œuvres qui font la bascule entre le XIXe et le XXe siècles.

Saint-Pol-Roux et A. Yves Le Moyne ne se sont probablement jamais rencontrés, mais ce dernier, bien au fait de l’avant-garde poétique connaissait La Dame à la faulx dont un extrait sert d’épigraphe à “L’Éphéméride de Dieu le père” et qu’il devait aimer. La “Ballade” reproduite ci-dessous, dédiée au Magnifique, ne doit rien cependant à la grande tragédie de 1899, empruntant surtout aux Minutes de sable mémorial de Jarry.

“Ballade”

À Monsieur Saint-Pol-Roux le Magnifique.

Le Hibou marmonne

Marmonne en silence

Dans la Nuit atone

Des Chants de démence

 

Et la Lune ainsi

Qu’un masque de Fou

Grimace et sourit

Dans un rayon flou.

 

Ses lèvres cornues

Glapissent le Glas,

Le Glas éperdu

Des blêmes sabbats.

 

Et la Lune ainsi

Qu’un masque de Fou

Grimace et sourit

Dans un rayon flou.

 

Et sonnent la Mort

Dans un râle long,

Long comme l’effort

Las d’un moribond.

 

Et la Lune ainsi

Qu’un masque de Fou

Grimace et sourit

Dans un rayon flou.

 

Elles prennent, broient

Les pâles prunelles

D’un cadavre froid,

Froid comme leurs ailes.

 

Et la Lune ainsi

Qu’un masque de Fou

Grimace et sourit

Dans un rayon flou.

“Ballade” appartient au deuxième recueil de Le Moyne : Au rythme du silence, Paris, Figuière, 1913, p. 25-27.

Documents à consulter : A. Yves Le Moyne, “Poèmes”, présentés par Mikaël Lugan, L’Œil bleu n° 13, octobre 2011, p. 79-95 ; Mikaël Lugan, “A. Yves Le Moyne, premier épigone de Jarry”, L’Étoile-Absinthe, tournée 137 (“Jarry a-t-il eu des disciples ?”), 2017, p. 105-123) ; A. Yves Le Moyne, Au rythme du silence & Les Antidotes fanfreluchés, texte établi, présenté et annoté par Mikaël Lugan, L’Étoile-Absinthe, tournée 143, 2024.

Petite anthologie des poèmes dédiés “à Saint-Pol-Roux

10/03/2024 : Jean Ajalbert, “Chanson d’Ille-et-Vilaine

11/03/2024 : Éphraïm Mikhaël, “L’Hiérodoule

12/03/2024 : Jules Méry, “Vainement

13/03/2024 : Camille Mauclair, “Décor romanesque

14/03/2024 : Remy de Gourmont, “Prose pour un poète

15/03/2024 : Édouard Dubus, “Pantoum du feu

16/03/2024 : Emmanuel Signoret, “La Maison des rossignols

17/03/2024 : André Ibels, “Vers d’airain pour Saint-Pol-Roux

18/03/2024 : Paul Fort, “Le Fou et les clowns

19/03/2024 : Michel Féline, “La Princesse magnifique

20/03/2024 : Henri Degron, “Fleurs

21/03/2024 : Jehan Rictus, “La Dame de proue

22/03/2024 : Émile Boissier, “Le Mimosa

23/03/2024 : Charles Vildrac, “Si l’on gardait…

24/03/2024 : Benjamin Péret, “Portrait de Saint-Pol-Roux

25/03/2024 : Max Jacob, “La Petite servante

04/04/2024 : Carlos Larronde, “J’écoute

05/04/2024 : A. Yves Le Moyne, “Ballade



Citer ce billet
harcoland (2024, 5 avril). “à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (18. – A. Yves Le Moyne). Société des amis de Saint-Pol-Roux. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w68o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search