“à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (17. – Carlos Larronde)

Carlos LARRONDE

Carlos Larronde (ca 1914)

Carlos Larronde (1888-1940), poète, directeur de théâtre, journaliste, artisan-verrier, homme de radio, fut l’un des plus zélés défenseurs du théâtre idéoréaliste. Né en Argentine, il suivra son père à Bordeaux, berceau paternel, en 1896. Avec Olivier Hourcade, il fonde Les Marches du Sud-Ouest en février 1911, puis, au cours de l’automne, organise un « Salon des Poètes » où il donne des lectures jouées de plusieurs drames poétiques et symbolistes. Lassé de la torpeur bordelaise, il s’installe à Paris et collabore à Paris-Journal, L’Action, Le Siècle, Paris-midi, etc. Il co-dirige avec Hourcade La Revue de France et des pays français. Il poursuit dans la capitale, avec l’Astrée, sa campagne en faveur du théâtre nouveau, campagne qui devait aboutir à la création du Théâtre Idéaliste, puis à l’association avec la compagnie « Art et Liberté », d’Édouard Autant et Louise Lara. Saint-Pol-Roux y fut souventefois lu, récité et joué. Le Théâtre Idéaliste lui consacrera, le 23 mars 1914, un de ses festivals, au cours duquel furent créés Les Personnages de l’individu et L’Âme noire du prieur blanc. L’amitié qui liait les deux hommes perdura. Pionnier de la radiodiffusion, Carlos Larronde procèdera, en février 1937, à l’enregistrement de la voix du Magnifique célébrant la naissance de l’Académie Mallarmé. Le destin voulut que Larronde mourût à 52 ans, quatre jours après Saint-Pol-Roux.

“J’écoute”

À Saint-Pol-Roux

L’eau et le ciel sont une apothéose de sang,

Les vallonnements se déroulent

dans la mer jusqu’au parvis du couchant

et dans le ciel jusqu’à la Lune en forme de pirogue.

J’écoute les syllabes pressées du clapotis

et je pense les contenir comme une vasque.

L’heure mobile est une apothéose de sang.

J’écoute, par cette eau vive et calme dont la houle

cadence ma barque et le croissant,

les harmonies pareilles

de mes veines,

colorées à la pourpre d’un invisible océan.

“J’écoute” figure dans le recueil Le Livre d’heures (Paris, Eugène Figuière, coll. de la “Revue de France et des pays français”, 1913, p. 35-36).

Document à consulter : Sur Larronde, nous conseillons la lecture de l’excellente monographie que Christopher Todd lui a consacrée, et à laquelle nous avons emprunté plusieurs détails de cette notice : Carlos Larronde (1888-1940), Poète des ondes (Paris, L’Harmattan, coll. “Mémoires de radio”, 2007).

Petite anthologie des poèmes dédiés “à Saint-Pol-Roux

10/03/2024 : Jean Ajalbert, “Chanson d’Ille-et-Vilaine

11/03/2024 : Éphraïm Mikhaël, “L’Hiérodoule

12/03/2024 : Jules Méry, “Vainement

13/03/2024 : Camille Mauclair, “Décor romanesque

14/03/2024 : Remy de Gourmont, “Prose pour un poète

15/03/2024 : Édouard Dubus, “Pantoum du feu

16/03/2024 : Emmanuel Signoret, “La Maison des rossignols

17/03/2024 : André Ibels, “Vers d’airain pour Saint-Pol-Roux

18/03/2024 : Paul Fort, “Le Fou et les clowns

19/03/2024 : Michel Féline, “La Princesse magnifique

20/03/2024 : Henri Degron, “Fleurs

21/03/2024 : Jehan Rictus, “La Dame de proue

22/03/2024 : Émile Boissier, “Le Mimosa

23/03/2024 : Charles Vildrac, “Si l’on gardait…

24/03/2024 : Benjamin Péret, “Portrait de Saint-Pol-Roux

25/03/2024 : Max Jacob, “La Petite servante

04/04/2024 : Carlos Larronde, “J’écoute



Citer ce billet
harcoland (2024, 4 avril). “à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique (17. – Carlos Larronde). Société des amis de Saint-Pol-Roux. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5yw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search