“à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique, à l’occasion du Printemps des Poètes (16. – Max Jacob)

Max JACOB

Max Jacob, par Christopher Wood (1929) [Musée des Beaux-Arts de Quimper]

Il peut paraître étonnant que l’amitié de Max Jacob (1876-1944) et Saint-Pol-Roux, dont les prémices datent de la fin des années 1920, fût si tardive. Ils avaient en commun la Bretagne, le goût de la solitude et de la chanson populaire ; mais le Magnifique, qui ne devait pourtant pas ignorer Le Cornet à dés, aima soudainement, un beau jour de 1927, en lisant un numéro de La Ligne de cœur, – et sans le savoir – la poésie de Jacob. Sans le savoir, car ces poèmes, d’un ton nouveau, étaient signés Morven le Gaélique. Et peut-être aurait-il découvert bien plus tard l’identité de leur auteur si elle ne lui avait pas été soufflée, probablement par Julien Lanoë, le directeur de la revue, à qui Max Jacob avait écrit le 14 juillet 1927 : “Je ne peux vous dire combien je suis content de l’appréciation de Saint-Pol-Roux sur les œuvres du Gaélique, alors qu’il ne connaît pas celle du Jacob. Vous devriez lui révéler la vérité.” Les deux hommes devaient se rencontrer le mois suivant à Camaret, initiant une série de rendez-vous estivaux qu’interrompra seulement la déclaration de guerre. Dès 1928, Saint-Pol-Roux rendra hommage au poète, qu’il avait jusque là méconnu, en donnant pour le numéro d’avril du Mail, la revue de Marcel Abraham, “La Complainte de Morven le Gaélique”. Max Jacob le remerciera dans une lettre datée du 26 mai : “Dans votre style impérissable, musclé d’or et veiné de blancheurs, vous avez suscité un héros où je n’ose reconnaître un frère. Par vos rythmes surprenants vous l’avez hissé jusqu’aux cieux que vous habitez, et, si le héros tout neuf n’est pas pris de vertige, c’est qu’il est soutenu au bras de votre Génie.” Et il lui dédiera l’année suivante les deux “Chansons celtiques” que publiera Raison d’être et dont nous reproduisons pour notre petite anthologie “La Petite servante”.

Le dernier rendez-vous de Max Jacob et de Saint-Pol-Roux eut lieu à Quimper au cours de l’été 1939. La guerre les sépara mais la barbarie nazie devait les réunir, pour l’histoire, dans le martyrologe des poètes assassinés.

“La Petite servante”

À St Pol Roux

Préservez-nous du feu et du tonnerre

Le tonnerre court comme un oiseau

Si c’est le Seigneur qui le conduit

Bénis soient les dégâts

Si c’est le diable qui le conduit

Faites-le partir au trot d’ici.

 

Préservez-nous des dartres et des boutons

De la peste aussi, de la lèpre

Si c’est pour ma pénitence que vous l’envoyez

Seigneur laissez-le moi, Merci

Si c’est le diable qui le conduit

Faites-le partir au trot d’ici.

 

Goitre, goitre, sors de ton sac

Sors de mon cou, sors de ma tête

Feu St Elme, danse de St Guy

Si c’est le diable qui les conduit

Mon Dieu faites-le sortir d’ici.

 

Faites que je grandisse vite

Et donnez-moi un bon mari

Qui ne soit pas trop ivrogne

Et qui ne me batte pas trop souvent.

“La Petite servante” a paru dans Raison d’être n° 5 (décembre 1929, p. 5). Elle est la première des deux “Chansons celtiques”, titre sous lequel figure la dédicace à Saint-Pol-Roux. On peut toutefois se demander – la seconde, “Noces de Cana”, étant dédiée à Julien Lanoë, alors que “La Petite servante” n’a pas de dédicataire à part entière – s’il ne s’agit pas d’une erreur de composition et si la dédicace à Saint-Pol-Roux n’aurait pas dû se trouver plutôt sous le titre du premier poème.

Document à consulter : « “Cher Burgrave…” Correspondance croisée rassemblée Max Jacob–Saint-Pol-Roux (1928-1937) suivie d’une lettre à Divine (1940) », édition établie, présentée et annotée par Mikaël Lugan et Patricia Sustrac, Les Cahiers Max Jacob, n° 17-18, 2017, p. 63-89.

Avec “La Petite servante” de Max Jacob s’achève, en même temps que l’édition 2024 du Printemps des poètes, la publication quotidienne des poèmes dédiés à Saint-Pol-Roux. Toutefois, conscients que quinze jours n’auront pas suffi à rendre la diversité des hommages que les générations poétiques successives rendirent au Magnifique tout au long du XXe siècle, nous ne nous interdirons pas d’enrichir, au gré de l’actualité et des envies, cette petite anthologie.

Petite anthologie des poèmes dédiés “à Saint-Pol-Roux

10/03/2024 : Jean Ajalbert, “Chanson d’Ille-et-Vilaine

11/03/2024 : Éphraïm Mikhaël, “L’Hiérodoule

12/03/2024 : Jules Méry, “Vainement

13/03/2024 : Camille Mauclair, “Décor romanesque

14/03/2024 : Remy de Gourmont, “Prose pour un poète

15/03/2024 : Édouard Dubus, “Pantoum du feu

16/03/2024 : Emmanuel Signoret, “La Maison des rossignols

17/03/2024 : André Ibels, “Vers d’airain pour Saint-Pol-Roux

18/03/2024 : Paul Fort, “Le Fou et les clowns

19/03/2024 : Michel Féline, “La Princesse magnifique

20/03/2024 : Henri Degron, “Fleurs

21/03/2024 : Jehan Rictus, “La Dame de proue

22/03/2024 : Émile Boissier, “Le Mimosa

23/03/2024 : Charles Vildrac, “Si l’on gardait…

24/03/2024 : Benjamin Péret, “Portrait de Saint-Pol-Roux

25/03/2024 : Max Jacob, “La Petite servante



Citer ce billet
harcoland (2024, 25 mars). “à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique, à l’occasion du Printemps des Poètes (16. – Max Jacob). Société des amis de Saint-Pol-Roux. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2xi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search