“à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique, à l’occasion du Printemps des Poètes (13. – Émile Boissier)

Émile BOISSIER

Chaque fois que j’entrais dans la Cité par la porte triomphale, je remarquais, balayé là comme un excrément de fatalité, tragique en ses haillons, un mendiant que les passants dévisageaient sans que la main tendue reçût la moindre obole, hormis les rares jours naïfs de foire et de pèlerinage.

Émile Boissier

C’est par ces lignes que s’ouvre “Le mendiant philosophe”, poème qui parut dans La Vogue du 15 août 1900, et que Saint-Pol-Roux dédia, lors de sa reprise dans La Rose et les épines du chemin (1901), à son ami Émile Boissier. Il faut dire que la vie ne fut pas tendre avec cet épris d’idéal, tout entier voué à la poésie qui, comme chacun sait, nourrit bien mal son homme, et dont la mauvaise santé devait le conduire au tombeau à l’âge de trente-cinq ans.

Il était né le 28 mars 1870 à Nantes. Son entrée au lycée causa le premier traumatisme. Jusque-là protégé par le cercle familial aimant et tendre, il y fit la décevante expérience de la vie, en cette petite société de camarades et professeurs. Seules, la lecture et l’écriture de vers le distrayaient de sa souffrance. Il découvrit à cette époque Verlaine et Banville, puis Mallarmé un peu plus tard. Les œuvres de ces poètes, le premier et le dernier surtout, faisaient écho à son tempérament sensible, un tempérament d’inadapté au monde. Il publia, encore adolescent, au moment où naissait le Symbolisme, des poèmes dans Nantes-Lyrique, Le Peuple et L’Ouest Artiste. Il serait poète. Il s’installa à Paris et, comme le jeune Paul Roux huit ans plus tôt, suivit des cours de droit. Bien qu’il réussît sa première année, il ne perdait pas de vue son ambition et mena la vie nocturne de tout provincial qui cherche à se faire une place dans la République des lettres : il passa ses soirées au théâtre, fréquenta les cafés du Quartier Latin, les salons et les écrivains nouveaux. Licencié en droit, il vêtit quelques mois la robe d’avocat. Mais c’était encore éprouver trop violemment la misère du réel ; il l’abandonna sur un cintre du Palais de Justice et composa son premier recueil que publia à 200 exemplaires, en 1893, le bibliopole Vanier : Dame Mélancolie. C’est un volume plein de langueurs, de spleen, d’allégories, bien dans l’air du temps. Il est d’un poète jeune, mais qui s’est déjà fixé la voie à suivre, loin du monde et de son tumulte :

Dame Mélancolie, en robe de brocart

Se promenait au bord de l’antique terrasse,

En quête de songeurs, dont l’âme par trop lasse

Fuit le rire brutal et s’exile à l’écart

Émile Boissier s’y élabore un univers idéal, immaculé, peuplé de vierges blondes, de cygnes, où parfois la Mort passe, drapée dans un peu d’ombre et des fracas de la réalité. Ses vers et ses proses rythmées – l’une des originalités du recueil – sont harmonieux, d’une douce et naïve musicalité.

L’année suivante il publia Le Psautier du Barde, chez Ollendorff, avec une préface maladroite d’Armand Silvestre, où se confirmait le talent du poète. Le Nantais avait acquis, en deux recueils, ses galons symbolistes. Il pouvait vivre enfin en poète. On le connaissait et reconnaissait au Procope, où il lisait ses vers nouveaux, rendait visite aux félibres de Paris. Il collaborait à Demain, la revue de Henri Ner (Han Ryner). Il passait de longues heures en compagnie de Verlaine, hantait la rue de Rome, où les enseignements du bon Maître confortèrent sa conviction que le rêve du poète doit s’imposer en lieu et place du sordide réel. Il fit paraître Esquisses et Fresques (Nantes, Salières, 1894), Le Chemin de l’Irréel, poème de rêve (Paris, Victor Havard, 1895), L’Enlumineur Marcel Lenoir (Paris, Arnould, 1899), Les Symphonies florales (1900). Il livra des articles et des poèmes dans d’innombrables revues. Cependant, l’existence de Boissier fut misérable et son inadaptation à la vie, sa modestie, son ingénuité l’empêchèrent de brandir son nom hors de la mêlée littéraire. Le 27 mai 1901, il avait pourtant, élu par ses confrères, coprésidé avec René Ghil la séance nocturne du houleux Congrès des Poètes au cours duquel on devait discuter vers libre et décentralisation et qui se solda par un échec cuisant. Mais la postérité est cruelle, et René Ghil qui se souviendra du Congrès dans Les Dates et les Œuvres mentionnera avec un dédain certain la participation de son cadet :

À huit heures et demi, quand s’ouvrit la seconde séance, l’acclamation un tant soit peu tumultueuse m’élut président. Une minorité cependant tenait pour un nom que d’aucuns, paraît-il, connaissaient, – Émile Boissier. Je priai simplement M. Boissier, qui était mon aîné (sic), de s’asseoir à ma gauche : ce qu’il accepta avec un plaisir évident… Sous ma ou notre présidence, rien de remarquable ne se produisit davantage…

Tel était le destin de ce discret poète. Atteint de neurasthénie, il fut ramené, en janvier 1902, par ses parents à Nantes où il mourut le 1er février 1905, oublié de la plupart de ses confrères parisiens. Quelques amis et admirateurs décidèrent de publier, quelques mois après sa mort, ses œuvres complètes en cinq ou six volumes. Seul le premier parut.

“Le Mimosa”

À Saint-Pol-Roux

Je suis le fou du roi, le fou costumé d’or,

Gentil damoiseau paré de dentelles.

Mon rire est une cascatelle

Où tintent des grelots d’or.

— Fleurissez galants, fleurissez vos belles ! —

Je suis le fou du roi, le fou costumé d’or.

 

Je chante des lieds qu’il est doux d’entendre.

La reine m’a pris pour son favori

Et nous explorons la carte du Tendre

En lisant les vers de la Scudéry.

 

Hola ! petit page, avant que je lise

Qu’on m’apporte sur un plat de vermeil

Du muscat limpide où rit le soleil,

De fins élixirs et des friandises.

 

À mon front la reine a voulu poser

Sa couronne d’or et de perles fines.

À mon front la reine a voulu poser

L’effleurement naïf et subtil d’un baiser.

 

En mes yeux la reine a longtemps miré

Son rêve alangui d’amoureuse triste.

En mes yeux la reine a longtemps miré

L’azur pâle et troublant d’un regard timoré.

 

À mes doigts la reine a désiré voir

Ses anneaux d’argent gemmés de topaze :

À mes doigts la reine a désiré voir

Ses cheveux déroulés dans la tiédeur du soir.

 

Hola ! petit page, avant que je lise

Qu’on m’apporte sur un plateau nacré

Des sorbets de neige et du vin sucré

Dans mon aiguière en cristal de Venise.

 

Je suis le fou du roi, le fou costumé d’or,

Gentil damoiseau paré de dentelles.

Mon rire est une cascatelle

Où tintent des grelots d’or.

— Fleurissez galants ; fleurissez vos belles ! —

Je suis le fou du roi, le fou costumé d’or.

Boissier dédia plusieurs poèmes en vers et en prose à Saint-Pol-Roux, mais également à Amélie et à Divine. Nous avons choisi de donner ici “Le Mimosa”, extrait des Symphonies florales (1899) dont la plupart des poèmes parurent dans L’Hermine de Louis Tiercelin.

Petite anthologie des poèmes dédiés “à Saint-Pol-Roux

10/03/2024 : Jean Ajalbert, “Chanson d’Ille-et-Vilaine

11/03/2024 : Éphraïm Mikhaël, “L’Hiérodoule

12/03/2024 : Jules Méry, “Vainement

13/03/2024 : Camille Mauclair, “Décor romanesque

14/03/2024 : Remy de Gourmont, “Prose pour un poète

15/03/2024 : Édouard Dubus, “Pantoum du feu

16/03/2024 : Emmanuel Signoret, “La Maison des rossignols

17/03/2024 : André Ibels, “Vers d’airain pour Saint-Pol-Roux

18/03/2024 : Paul Fort, “Le Fou et les clowns

19/03/2024 : Michel Féline, “La Princesse magnifique

20/03/2024 : Henri Degron, “Fleurs

21/03/2024 : Jehan Rictus, “La Dame de proue

22/03/2024 : Émile Boissier, “Le Mimosa



Citer ce billet
harcoland (2024, 22 mars). “à Saint-Pol-Roux” : petite anthologie de poèmes dédiés au Magnifique, à l’occasion du Printemps des Poètes (13. – Émile Boissier). Société des amis de Saint-Pol-Roux. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://saspr.hypotheses.org/7347

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search