Saint-Pol-Roux et Octave Mirbeau

Parmi les nombreuses manifestations organisées l’an dernier, le plus souvent à l’initiative de la Société Octave Mirbeau, pour la célébration du centenaire de la mort de l’auteur du Calvaire, le colloque « Mirbeau et la Bretagne » de Morlaix (11 février 2017) devait plus spécifiquement intéresser les amateurs du Magnifique. Une communication de Mikaël Lugan, intitulée « Je suis allé à vous comme au Charitable de la crèche : les relations entre Octave Mirbeau et Saint-Pol-Roux » aurait en effet dû y être lue – en l’absence de l’auteur ; mais elle fut déprogrammée faute de temps. Heureusement, les actes qui paraissent aujourd’hui, sous la direction de Samuel Lair, aux éditions de l’Harmattan, rétablissent le programme initial et nous permettent de lire la communication « sacrifiée ». Il est vrai que l’examen des relations entre Mirbeau et Saint-Pol-Roux, malgré leur amour commun pour la Bretagne, nous éloignait quelque peu du Finistère, l’essentiel des échanges entre les deux hommes ayant eu lieu à Paris.

Réjouissons-nous néanmoins de cette parution, puisque l’article de Mikaël Lugan permet, à partir des documents retrouvés à ce jour, de retracer une part non négligeable du parcours du poète, effectué sous le patronage bienveillant d’Octave Mirbeau : de ses débuts dans le cercle de la Butte jusqu’à la bataille avortée de La Dame à la faulx (1909-1911), en passant par la croisade odéonienne (1892), l’engagement anarchiste et, plus étonnant peut-être, son mariage avec Amélie en 1903, mariage dont Mirbeau fut l’un des témoins. Nul doute que des documents viendront qui compléteront cette étude, car comme le dit Mikaël Lugan dans sa conclusion :

Des relations entre Octave Mirbeau et Saint-Pol-Roux, répétons-le, trop peu de documents nous sont parvenus pour nous permettre de n’offrir ici autre chose qu’un aperçu bien lacunaire. Nous avons souhaité tiré le fil d’un document à l’autre et n’avons obtenu qu’une tapisserie décousue dont trop de pans ont disparu. On sait combien peu de lettres adressées à Saint-Pol-Roux ont été conservées, nombre d’entre elles ayant probablement disparu lors du sac de son manoir en 1940 ; mais nous savons désormais que l’épistolaire du poète reçu par Mirbeau fut bien plus conséquent que l’ensemble des quatre lettres décrites dans le catalogue de la vente de 1919. De même, nous espérons avoir démontré que Saint-Pol-Roux ne se contenta pas de solliciter le journaliste célèbre pour sa générosité, mais qu’il y eut entre les deux écrivains aux « positions antipodales » une réelle et réciproque estime, et probablement une admiration non feinte chez celui qui concluait sa première lettre à Mirbeau par ces mots : « Je vous aime sauvagement ».

Ne boudons pas non plus notre plaisir de lire les autres communications de ce volume, car Octave Mirbeau fut un grand écrivain et les amis de Saint-Pol-Roux, à l’instar du poète, ne peuvent que l’aimer.

Octave Mirbeau et la Bretagne, sous la direction de Samuel Lair, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces Littéraire », 2018 (232 pp. – 23,50 € ou 17,99 € pour sa version numérique).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search