Les dessins de Maxime Dethomas pour les décors de La Dame à la faulx retrouvés

Si les catalogues des libraires sont, pour le chercheur, d’intéressantes sources de documentation, ceux du libraire Pierre Saunier figurent parmi les rares que tout amateur de littérature des XIXe et XXe siècles devrait précieusement conserver dans sa bibliothèque tant, en plus d’être parfaitement composés, ils recèlent d’informations et révèlent de raretés bibliophiliques. Le dernier, paru il y a quelques semaines, ne pouvait que retenir l’attention des spécialistes de Saint-Pol-Roux. Car, non seulement il proposait (n° 195 et 196) des exemplaires du tome I des Reposoirs de la procession (Mercure de France, 1893) et de La Dame à la faulx (Mercure de France, 1899) avec envois à Lucien Descaves pour le premier et à Gustave Larroumet (accompagné d’une carte autographe) pour le second, mais aussi – et surtout – il décrivait un rarissime ensemble de 7 projets de décors de Maxime Dethomas (1867-1929) pour La Dame à la faulx (n° 197). En voici la notice descriptive :

197 – [Saint-Pol-Roux] DETHOMAS (Maxime). LA DAME A LA FAUX (sic) – Sept projets de décors – octobre 1911. In plano (75 x 60 cm), demi-vélin crème d’époque. Titre manuscrit et 7 planches, fusains et pastels.

Superbe recueil de 7 dessins (49 x 65 cm) fusains, gouaches et pastels pour les décors de La Dame à la faulx, tragédie symboliste en cinq actes et dix tableaux publiée par le poète Saint-Pol-Roux au Mercure de France en 1899 – les planches sont précédées d’un titre manuscrit signé et d’un frontispice au fusain, la Chevauchée de Magnus avec la mort

Cet ensemble avait déjà été mis en vente, quatre ans plus tôt, par le libraire Bruno Sepulchre, à qui Pierre Saunier, probablement, l’acheta puisque ces 7 dessins réapparaissent désormais dans son dernier catalogue, qui en reproduit trois. Bruno Sepulchre, quant à lui, en avait reproduit également trois, dont deux différents de ceux choisis par Saunier, nous permettant de connaître cinq des sept dessins de Dethomas.

Dans la conclusion de sa notice, Pierre Saunier écrit : “On ignore pour quelle scène il réalisa ces projets de décors – Dethomas travailla souvent pour l’Opéra de Paris et la Comédie-Française – à moins que cela ne soit sa libre contribution à l’édification de La Dame à la faulx.” Il s’agissait, en réalité, bel et bien d’une œuvre de commande, mais de Jacques Rouché, le directeur du Théâtre des Arts. On se souvient en effet qu’après son échec devant le comité de lecture de la Comédie-Française le 10 novembre 1910, Saint-Pol-Roux, encouragé par Léon Frapié, avait porté, le mois suivant, le manuscrit de La Dame à la faulx à Rouché qui l’avait accepté en demandant toutefois au poète de procéder à de nouveaux remaniements. Les “Lettres à Jacques Rouché” publiées par René Rougerie en tête de son édition d’une version théâtrale inédite de La Dame à la faulx (Rougerie, 1979) témoignent du souci de Saint-Pol-Roux, au fil des mois, de rendre son texte scénique, et de l’avancée du projet de représentation. Ainsi, le 16 octobre 1911, il se dit ravi d’apprendre que le directeur se penche sérieusement sur “la question décors”, ajoutant à destination du décorateur engagé, Maxime Dethomas, d’essentielles indications :

Veuillez prier M. Dethomas de, tout en tenant compte des simplifications recherchées par votre art si personnel, s’inspirer le plus possible de l’esprit parfois symbolique, toujours idéoréaliste, de la nouvelle version de la Dame. Certains décors peuvent n’être qu’indications, des bases, même des cadres, mais d’autres exigeront-ils peut-être une expression poussée, une traduction dépassant la ligne ou la pénétrant davantage, une paraphrase entière.

Les précisions que donne le poète au directeur du Théâtre des Arts nous permettent de rendre aux cinq dessins du décorateur, reproduits dans les catalogues de Bruno Sepulchre et Pierre Saunier, leur place dans l’économie de la tragédie idéoréaliste.

Par exemple, premier décor du premier acte, prière de considérer qu’il n’est plus celui du livre publié, ayant varié avec la version nouvelle. Dans ce premier décor ouvrant la sombre tragédie, nous sommes maintenant chez la Vie. Motif initial.

Acte I : Le Reposoir de la Vie (cat. Bruno Sepulchre)

[…] Donc Nature, couleurs, clartés, dominantes. Une symphonie de tout cela en richesse, même simplifiée et condensée, mais sensible tout de même. […] Je regrette d’ignorer le dessin, mais si j’osais, en toute modestie de profane, donner le logique schéma inspirateur de ce que pourrait paraphraser le décorateur, je me permettrais la formule réalisée par un gosse avec ses crayons d’écolier de ce Manoir sur une collinette fleurie : roses, vignes-vierges, roses trémières, bruyères, tournesols…

Car déjà, à l’acte II (la Tour) nous trouverons dans la nuit une nature endommagée : petits arbres brisés (la Mort les a regardés), grands arbres renfrognés et comme faisant la boule (la Mort est à côté), troncs foudroyés… ( sans compter encore, comme maçonnerie, la Tour en ruines).

Acte II : La Tour en ruines (cat. Pierre Saunier)

Le troisième dessin pourrait bien représenter l’Université du premier tableau de l’acte III, que Saint-Pol-Roux décrit de la manière suivante dans sa lettre du 29 août 1911 à Jacques Rouché : “Le Monstre de pierre ténébreux, rabougri, délabré, est là pour faire pendant au lumineux et rose Manoir de Divine” ; et la didascalie initiale de l’acte précise que l’édifice présente des “fenêtres étroites rayées de barreaux“.

Acte III, 1er tableau : Le Monstre de pierre (cat. Pierre Saunier)

Plus certaine est l’identification du quatrième dessin où se reconnaît nettement la tapisserie des Aïeux de Magnus.

Acte III (2e tableau) : Lumière fulgurante des Génies (clarté morale, immortalité, etc.). [Lettre du 16 octobre 1911]

Acte III, 2e tableau : Galerie des Génies (cat. Bruno Sepulchre)

S’il n’est reproduit dans aucun des deux catalogues, le fusain servant de frontispice au recueil, intitulé La Chevauchée de Magnus avec la Mort, pourrait bien illustrer l’Intermède qui précède le dernier acte et dont une didascalie précise :

A l’orchestre se précipite la Course à la Mort.

Un Rideau représente Magnus galopant éperdument à travers des lances, des traquenards, des instruments de supplice, des monstres, des torrents, des incendies, des ouragans, des abîmes, – tandis que, de toutes parts, des bras amis se tendent désespérément vers le cavalier tragique.

Cela sous un firmament dont les étoiles sont des yeux qui pleurent.

Le dernier dessin reproduit sert à l’évidence d’ébauche de décor pour l’acte V :

Le champ de repos de la Vallée dans un clair de lune.

A gauche un Monument en forme de chapelle : c’est le caveau des Aïeux de Magnus. Tombes, mausolées, arbres tristes. Au fond, au milieu de la muraille qui enclôt le cimetière, une lourde grille d’entrée.

Nocturne.

Acte V : Le Reposoir de la Mort (cat. Pierre Saunier)

On peut supposer que le septième dessin, ni décrit ni reproduit, ébauchait le décor du quatrième acte (Le Carnaval) : “Grand Carrefour de la Ville où convergent d’innombrables ruelles…

Ces dessins confirment que, jusqu’à la fin de l’année 1911, Jacques Rouché envisageait encore sérieusement de créer La Dame à la faulx au Théâtre des Arts. Dethomas, suivant les indications de Saint-Pol-Roux, s’était assez rapidement mis au travail. Le Monde artiste signalera même à ses lecteurs, le 23 décembre 1911, que Dethomas “surveill[ait] l’exécution des décors dont il [avait] peint les maquettes“. Le projet aurait donc dû voir le jour au premier trimestre 1912, mais, pour des raisons obscures, le directeur y renonça et Dethomas dut rendre son manuscrit, ranger ses dessins dans un carton et remiser ses maquettes qui, espérons le, réapparaîtront un jour prochain.

En attendant, il faut souhaiter que ces sept dessins rejoignent le fonds Saint-Pol-Roux de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, ou de la Médiathèque des Capucins, ou le département des Arts du Spectacle de la BnF, où ils auraient naturellement leur place.

Mikaël Lugan (Président de la S.A.S.P.R.)

Bibliographie : Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux n° 3-4 (La Dame à la faulx & la critique), décembre 2017.



Citer ce billet
harcoland (2023, 20 juillet). Les dessins de Maxime Dethomas pour les décors de La Dame à la faulx retrouvés. Société des amis de Saint-Pol-Roux. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://saspr.hypotheses.org/6146

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search