La supplique du Christ et deux lettres adressées à Colonna-Romano

Le 20 janvier prochain, salle des ventes FauveParis, sera mis aux enchères l’exemplaire de La supplique du Christ (Paris, Debresse, 1939) ayant appartenu à Gabrielle Colonna-Romano (1888-1981). La comédienne et son mari Pierre Alcover, qui visitaient régulièrement André Antoine à Camaret avant d’acquérir sa villa Armor-Braz en 1935, furent des amis de Saint-Pol-Roux. L’exemplaire (lot 27) de la dernière grande œuvre publiée par le poète – un assez long poème composé en 1933 et dénonçant le sort fait aux Juifs d’Allemagne par les nazis récemment arrivés au pouvoir – comporte naturellement un envoi autographe, que contresigna Divine.  Cette dernière, qui avait appris la reliure, relia la plaquette ; ce qui explique probablement l’envoi tardif (2 février 1940). Malheureusement, le catalogue ne donne pas de photographie de la reliure, et la notice précise simplement qu’il s’agit d’une reliure plein-cuir. Deux lettres, adressées à Colonna-Romano de Camaret et datées du 10 décembre 1922 et du 13 mars 1927, ainsi que le poème “Salut à la France immortelle” de 1914 (s’agit-il d’un manuscrit ou de la version imprimée pour le premier numéro du journal rédigé et édité par le poète au début de la guerre ?) accompagnent le volume.

Saint-Pol-Roux dédia une “Romance pour Colonna-Romano de la Comédie Française” qui parut dans le supplément littéraire du Figaro du dimanche 2 avril 1922.

[Ajout du 22 janvier 2018 :]

Le lot a été emporté pour la somme de 340,28 €. Le site reproduit le premier plat de couverture de la reliure que nous reproduisons à notre tour ci-dessous :

Reliure plein-cuir de Divine Saint-Pol-Roux

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.