Vient de paraître : Saint-Pol-Roux der Ideorealisator, par Joachim Schultz

On ne présente plus Joachim Schultz aux amateurs de Saint-Pol-Roux. Ils savent en effet que, dès le milieu des années 1980, il avait entrepris de traduire en allemand, parallèlement à leur publication aux éditions Rougerie, les œuvres complètes du poète. Huit volumes parurent ainsi chez l’éditeur Rolf A. Burkart, avant que l’aventure éditoriale ne s’interrompît. Mais Joachim Schultz, qui aime trop Saint-Pol-Roux pour ne pas continuer d’intéresser le lectorat germanophone à la pensée et à la poésie magnifiques, n’est pas du genre à se décourager ; et il fit paraître Geschwindigkeit (Vitesse) chez Matthes & Seitz en 2013, Lebendiges Kino (Cinéma vivant) chez Moloko Print en 2020.

C’est ce même éditeur qui, aujourd’hui, publie, dans sa collection « chapbook », Saint-Pol-Roux der Ideorealisator. Joachim Schultz relate dans son avant-propos sa rencontre avec le poète, en juillet 1978, alors qu’il se trouve à Paris pour travailler à sa thèse sur les Manifestes littéraires de la Belle Époque en France (1885-1914). C’est en consultant les revues de la fin et de l’avant-siècle qu’il découvre pour la première fois le nom et l’écriture si singulière de Saint-Pol-Roux. La lecture de « La Gent irritable. La trève » et de « De l’Art Magnifique » le fascine. Il achète quelques-uns des volumes publiés par René Rougerie, puis la monographie de Théophile Briant dans la collection « Poètes d’aujourd’hui ». Il s’étonne, de retour en Allemagne, qu’aucun de ses amis ou collègues d’université ne connaisse Saint-Pol-Roux. Il entreprend alors d’écrire un premier article, qu’il adresse à Michael Krüger, le rédacteur en chef de la revue Akzente. Krüger, lui, n’ignore pas le poète, et incite Joachim Schultz à rédiger un article plus académique, c’est-à-dire moins enthousiaste. Le jeune doctorant s’exécute ; son second article est apprécié par le directeur de la revue qui, toutefois, ne le publiera pas, tous les sommaires d’Akzente étant déjà combles pour les deux ans à venir.

Au début des années 1980, Joachim Schultz fait la connaissance du jeune éditeur berlinois, Rolf A. Burkart, qui lui demande des textes pour son almanach annuel, Tabula rasa. Schultz lui envoie ses deux articles sur Saint-Pol-Roux, qui sont immédiatement acceptés.

Quelques années plus tard, Krüger lui commandera un nouvel article…

Est-il besoin de préciser, après ces quelques rappels, que Joachim Schultz est l’un des meilleurs connaisseurs de Saint-Pol-Roux ? Les lecteurs allemands et germanophones s’en convaincront en lisant ce « chapbook » qui, abordant les grandes thématiques saintpolroussines, constitue une excellente introduction à l’œuvre idéoréaliste.

Joachim Schultz, Saint-Pol-Roux der Ideorealisator, Molokoprint, coll. « chapbook » n° 11, 2021 – 28 pp., 10 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search