Disparition de Bernard Noël

13 avril 2021. – Le poète Bernard Noël est mort. Nombreux, déjà, sont les hommages rendus. Nombreux seront les hommages qui salueront l’œuvre immense de l’écrivain. Certains n’auront pas attendu qu’il disparaisse pour dire combien sa poésie et sa réflexion ne cessèrent – ne cessent encore – d’interroger le monde et les pouvoirs du langage ; je pense à Nicole Martellotto, qui anime le site admirable consacré au poète, l’Atelier Bernard Noël.

La Société des Amis de Saint-Pol-Roux porte, elle aussi, le deuil. Bernard Noël, en effet, avait rejoint l’association dès sa fondation en 2009. Il en était, depuis plusieurs années, discrètement, l’un des membres bienfaiteurs. Car – et cela ne se sait sans doute pas – il aimait Saint-Pol-Roux. Le nom du Magnifique, certes, apparaît peu dans son œuvre ou ses entretiens ; mais il faut rappeler que La Traverse, fondée par Paul Roux, et dont le comité de rédaction se composait de Pierre Leyris, Bernard Noël, Georges Perros et Jean Queval, publia au printemps 1971 une lettre de Saint-Pol-Roux à Max Jacob et la “Prière sur les plaies de Max Jacob” ; que le quatrième numéro de la revue Nulle part (octobre 1984), que Bernard Noël dirigeait avec Jean-Louis Clavé, Serge Sautreau et André Velter, publia l’ “Appel des canotiers du Taï”, dernier “chant” imprimé de l’auteur de La Dame à la faulx. C’étaient là, sans doute, les signes d’un intérêt précoce pour la voix singulière de Saint-Pol-Roux.

En 2019, il nous avait fait l’honneur de signer la pétition pour la sauvegarde des ruines du Manoir de Cœcilian. Le 3 mars de cette même année, il nous écrivait : “J’espère, par ailleurs, que les signatures vont se multiplier, mais qu’attendre de l’effet de la pétition si la municipalité est amorphe ?” Et il ajoutait, répondant à l’espoir que nous avions formulé de lire un jour un texte de lui sur Saint-Pol-Roux : “Votre proposition me touche et je vais relire, prendre des notes, penser à un texte sur le Magnifique, ou plutôt pour… Seule réserve mon âge devient pesant.”

La mort de Bernard Noël nous laisse aujourd’hui avec deux regrets : nous ne lirons pas le texte que ce grand poète aurait voulu écrire sur Saint-Pol-Roux ; Bernard Noël ne verra pas que la pétition – et sa signature – auront eu gain de cause : les ruines du Manoir de Saint-Pol-Roux seront sauvées.

Merci pour tout, cher Bernard Noël.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search