Saint-Pol-Roux & Loïc Le Groumellec : L’hôtel de Camaret, un livre d’artiste aux éditions de la Canopée

Loïc Le Groumellec aime Saint-Pol-Roux.

En 2010, il avait illustré pour Fata Morgana La chapelle aux lézards, poème alors inédit du Magnifique.

L’an dernier, il exposa ses plus récentes créations à la Galerie Karsten Greve (Paris), une série de tableaux, qu’il nomme « écritures », où reviennent de façon obsessionnelle les symboles du site préhistorique de Gavrinis, tableaux présentés dans des chapelles rudimentaires en bois ; cette exposition, il l’intitula Les Reposoirs de la procession, empruntant à l’œuvre de Saint-Pol-Roux son titre. Les démarches du peintre et du poète ainsi se rejoignaient :

« Enlinceulant sa rose horloge d’existence, Saint-Pol-Roux se place délibérément, à la manière de Chateaubriant ou du Hugo des Contemplations, dans un hors-temps, un temps d’après la mort. Car la procession n’est pas seulement spatiale, elle est aussi eschatologique, et le lieu vers lequel elle tend est, en réalité, un non-lieu – la tombe – et un non-temps – l’éternité. Il ne paraît pas indifférent que le cairn de Gavrinis ait été édifié autour d’une chambre funéraire et que les signes – ou écritures – gravés dans la pierre aient à voir avec le mystère de la mort. Que le geste de l’artiste préhistorique coïncide, dans l’œuvre de Loïc Le Groumellec, avec le rituel chrétien de la Troménie ne doit pas surprendre. Le tableau prenant la place du Saint-Sacrement dans la chapelle primitive, au cours d’une procession qui n’est plus celle d’un groupe mais de l’artiste lui-même, donne à lire l’acte pictural comme une abolition du temps et fait du peintre – comme du poète pour Saint-Pol-Roux – un centre d’éternité [1]. »

Et voici que, un an après sa belle exposition, dix ans après La chapelle aux lézards, l’art de Loïc Le Groumellec dialogue de nouveau avec la poésie de Saint-Pol-Roux. Ayant lu notre présentation du discours inédit que le Magnifique prononça à l’occasion de l’inauguration du Grand Hôtel de la Pointe des Pois, le peintre eut l’idée d’en proposer le texte à l’artiste et éditeur Thierry Le Saec, fondateur des éditions de la Canopée, qui accueillit l’idée avec enthousiasme. Quelques semaines suffirent – confinement aidant – à la réaliser. L’hôtel de Camaret vient de paraître.

Ce très beau livre, qui ajoute à la bibliographie saint-pol-roussine un nouveau titre jusqu’ici inédit, est enrichi d’une eau-forte de Loïc Le Groumellec et tiré à 30 exemplaires numérotés et signés par le peintre. Dix d’entre eux ont été généreusement offerts par l’éditeur à la Société des Amis de Saint-Pol-Roux. Les amateurs du poète et les bibliophiles peuvent donc se procurer ce livre d’artiste auprès de l’association au prix éditeur de 250 € en adressant leur commande par mail (harcoland(at)gmail.com).

[1] Mikaël Lugan, « Les Reposoirs de la procession », in Loïc Le Groumellec, Les Reposoirs de la procession (9 mars – 11 mai 2019), Paris, Galerie Karsten Greve, 2019, p. 64-65.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search