Vient de paraître : Le Cahier de l’Herne Giono

2020 est l’année du cinquantenaire de la mort de Jean Giono. Nombreuses sont les manifestations qui célèbrent depuis la fin de l’an dernier l’événement inscrit aux Commémorations nationales. Parmi les publications, le Cahier de l’Herne, qui lui est consacré et qui vient tout juste de paraître, doit retenir particulièrement notre attention. Une place non négligeable, en effet, y est faite à Saint-Pol-Roux. C’est d’abord Michel Gramain qui, dans son article sur les « Ecrivains lecteurs de Jean Giono », mentionne et glose le poème du Magnifique que publia le Mercure de France en juillet 1935. Puis, commentant l’ensemble des documents connus – dont certains retrouvés il y a quelques mois à peine par Jacques Mény -, Mikaël Lugan détaille cette « relation sous le signe de Pan » qui se noua entre Giono et Saint-Pol-Roux du printemps 1934 au printemps 1936. La plupart des lettres, envois et manuscrits de l’un comme de l’autre sont reproduits dans le texte de son article et nous permettent de mieux comprendre l’attachement du poète de Camaret pour le romancier de Manosque. Deux lettres, jusqu’ici inédites, sont par ailleurs retranscrites in extenso à la suite de l’article ; relevons, dans la première, du 14 avril 1934, malheureusement amputée de son dernier feuillet, ce bel hommage de Saint-Pol-Roux :

De même qu’il y a le maître des grains vivants, Jean Giono est le maître des mots vivants. Le plus beau est qu’il n’en sait rien. Il est semblable à la Nature qui s’ignore, pareil à Pan qui souffle par des trous pour se faire exister dans une grappe de raisins sonores, lui qui cependant existe dans tous les tonnerres de l’Univers.

Les écrits de Giono sur son aîné sont plus rares, mais une note retrouvée dans un de ses cahiers tardifs (ca 1963-1964), dit l’estime ancienne qu’il lui portait :

J’ai commencé à lire les admirables proses lyriques de Saint-Pol-Roux quand j’étais adolescent. Il m’enrichit encore. C’est un des rares génies dont on peu confronter l’œuvre avec les forces de la nature.

Le poème « Giono », auquel le Magnifique commença à travailler à la Noël 1934, conclut le dossier « Saint-Pol-Roux » de ce très riche Cahier de l’Herne.

Cahier de l’Herne, n° 129, Jean Giono, dirigé par Agnès Castiglione et Mireille Sacotte, avec la collaboration de Michel Gramain et Jacques Le Gall, éditions de L’Herne, mars 2020 (288 p. – 33 €). Pour plus de détails, rendez-vous sur le site de l’éditeur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search