Vient de paraître : Saint-Pol-Roux – Le Cosmographe des Confins, par Bruno Geneste & Paul Sanda

La parution d’un nouveau livre sur Saint-Pol-Roux est toujours un événement, tant les études qui lui furent consacrées, et faisant la matière d’un ouvrage, sont rares. Qu’on en juge par la bibliographie mise à jour sur le site. On nous avait annoncé l’apparition de ce dernier-né pour l’été, le voici qui arrive – avec un peu de retard – en octobre. Saint-Pol-Roux – Le Cosmographe des Confins, qui paraît aux éditions Rafael de Surtis et chez Éditinter, est l’œuvre des poètes Bruno Geneste et Paul Sanda. Les deux hommes, en plus de s’inscrire dans la filiation surréaliste, partagent le souci de faire entendre la poésie, une même volonté de révélation par la profération du Verbe. Voilà qui, immanquablement, dut les aimanter vers le poète de la Répoétique.

Du volume reçu aujourd’hui, nous n’avons pu lire encore que la belle préface que notre ami Jacques Goorma a écrite. Il y revient sur le choix, par le poète, de son pseudonyme définitif, et en fait un lumineux commentaire dont je veux citer quelques lignes :

Tel ce soleil, la vie et l’œuvre du poète suivent un itinéraire qui va de Provence en Bretagne. Le pivot de cette destinée, tendue entre la terre natale et la terre élue d’une deuxième naissance, le point de fusion que le poète a toujours tenté d’opérer, est présent dans le nom « Pol » qui reste lié au premier prénom en conservant son identité phonétique (Paul) tout en s’attachant à une nouvelle terre par altération orthographique […]. Le rôle de ce nom, point d’articulation et de fusion, est accentué par la position centrale qu’il occupe dans l’équilibre ternaire du nouveau nom et par les traits d’union qui littéralement unissent les deux pôles géographiques et symboliques du poète.

Nous aurons, bien entendu, l’occasion de reparler de ce livre lorsque nous en aurons achevé la lecture. En attendant, on nous permettra de reproduire la présentation de l’éditeur :

Le présent ouvrage tente une véritable introspection dans l’œuvre du poète symboliste Saint-Pol-Roux, grand explorateur des confins intérieurs. C’est au plus près des limites, en l’espace antédiluvien du littoral breton, que le Magnifique élabore une grande partie de son œuvre de poète-penseur ; Bruno Geneste et Paul Sanda mettent en exergue cette quête de l’inexprimable beauté, tendue à l’extrême depuis le promontoire dressé au-dessus des flots (le Manoir du Boultous, à Camaret) qui fut pour cet homme de l’écume un observatoire de haute amplitude. Saint-Pol-Roux épousa, tout au long de sa vie, cette recherche rimbaldienne du lieu et de la formule, d’une localité de vide et de lumière où tant de traces ont pu se perdre dans l’infinie beauté des vacuités. Ainsi marchons-nous aux côtés de celui qu’André Breton désigna comme l’un des plus fins précurseurs du surréalisme, un poète à la parole de haut vol, un être à l’esprit vif arpentant les contours abrupts de la côte sauvage. C’est avec les sens si aiguisés que, passant à travers les formes du réel, le Mage de Camaret déposa alors, dans les cœurs, d’étranges vigueurs qui, au plus profond, travaillent à un prolongement, à une extension des plus subtiles, à l’élévation d’une poésie spirituelle finalement dégagée de toute contingence…

Bruno Geneste & Paul Sanda, Saint-Pol-Roux – Le Cosmographe des Confins, préface de Jacques Goorma, Cordes sur Ciel, Rafael de Surtis / Éditinter, 2018 (174 pp., 25 €).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. MICHEL Sylvie dit :

    Bonjour, en octobre 1980 , étudiante en lettres modernes à Lyon, je présentais un mémoire de maîtrise sur « Saint pol Roux et les Surréalistes « ( dédicacé au passage par Philippe Soupault ) . L’année suivante je consultais l œuvre en miettes du poète au fond Doucet afin de poursuivre une thèse sur « le futurisme de SPR  » dont je n’ai présenté que le début lors de mon DEA . Mon travail étant reste inachevé suite à des préoccupations familiales . A l’époque , nous comptions sur les doigts de la main les personnes travaillant sur ce poète merveilleux ! Divine m’avait reçu chez elle à Brest, nous avions correspondu et elle m’avait donné le laisser passer pour mes recherches . Bien des années ont passé , je vais chaque été à Camaret , voir le Manoir et le hasard qui m’a fait consulter votre site m ‘incite à vous demander si mes anciennes « contributions  » à la découverte de ce grand précurseur pourrait être utiles à quelqu un ! Je me séparerai aussi des livres de la collection Rougerie qui sortaient alors au compte goutte .Merci pour votre réponse .Cordialement
    Sylvie Michel , née Girard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search