Une lettre de Saint-Pol-Roux à Alfred Vallette et un billet

L’étude de Maître Jean-Jacques Mathias met en vente demain, jeudi 7 juin, à Drouot une importante collection bibliophilique de livres et d’autographes, parmi lesquels, réunis sous le n° 65, une lettre et un billet de Saint-Pol-Roux.

La première, longue de 4 pages et datée du 7 octobre 1906, est adressée à Alfred Vallette et concerne le projet d’édition du troisième volume des Reposoirs de la procession. En voici les quelques passages révélés dans la notice du catalogue :

“Mon désir serait de faire paraître enfin Les Féeries intérieures, tome troisième et dernier des Reposoirs de la procession… même impression, même papier.” Il espère que “la question métallique… ne sera pas trop méchante”. Il est possible que l’Odéon joue prochainement La Dame à la faulx, “cette fille de ma jeunesse, faite de mon âme et de ma chair”. Les jeunes le soutiennent.

Saint-Pol-Roux, en proposant son nouveau recueil au directeur du Mercure de France, avait probablement souhaité qu’il fût imprimé sur le même papier et pareillement composé que les deux précédents publiés chez l’éditeur. Sans doute “la question métallique” fut-elle plus “méchante” que le poète ne l’avait espéré puisque Les Féeries intérieures ne parurent qu’au début de l’été 1907. Dans une lettre, datée du 12 octobre, certainement la réponse à celle-ci, Vallette écrivait à Saint-Pol-Roux ne pouvoir lui proposer d’autres conditions que celles faites pour les deux premiers volumes, édités selon le principe du “compte à demi” exigeant de l’auteur un versement de 500 fr représentant sa part de frais. Est-il utile de préciser que l’auteur de La Dame à la faulx s’était un peu avancé et qu’Antoine n’accueillit pas la “fille de [s]a jeunesse” à l’Odéon ?

Le billet, de quelques lignes, n’est pas daté ; la notice du catalogue cite l’extrait suivant, à moins que son intégralité :

“De passage en la Cité l’humble visionnaire de Camille Mauclair salue respectueusement la Direction, bénit fraternellement la Rédaction… et laisse ses deux grands yeux d’amour à L’Éclaireur.”

C’est bien évidemment de Nice qu’il est question ici et de son grand quotidien local, L’Éclaireur, auquel collaborait Mauclair qui y fit paraître en janvier 1925 un article sur son vieil ami ainsi intitulé : “Un visionnaire provençal”. Et Saint-Pol-Roux aura déposé ce billet, témoignage de sa reconnaissance pour l’hommage de première page, trois mois plus tard, dans le courant du mois d’avril alors qu’il séjournait pour quelques semaines dans sa Provence natale.

Le lot est estimé à 200/300 €.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.