Brigitte Charoy publie le tome I d’une Chronique de l’Occupation à Camaret-sur-mer

Brigitte Charoy, membre de la Société des Amis de Saint-Pol-Roux, partage, depuis plusieurs années, sa passion pour la Presqu’île de Crozon grâce à deux beaux sites qu’elle anime seule : Crozon-Bretagne.com, où le visiteur, qui envisagerait d’effectuer un séjour sur la presqu’île, trouvera quantité d’informations pratiques, et Notre Presqu’île.com, admirable site qui, fondé sur des archives, des documents et la presse locale ancienne, propose à la curiosité du chercheur une mine de renseignements patiemment recueillis et intelligemment présentés. C’est probablement l’enrichissement quotidien de ce site, mis en ligne en 2014, qui a donné à Brigitte Charoy, historienne autodidacte et rigoureuse, l’idée de réunir la matière de l’imposant premier tome de cette Chronique de l’Occupation à Camaret-sur-mer, intitulée Si ces messieurs pouvaient plutôt s’installer au salon… Pour préparer son ouvrage, l’auteur a interviewé, pendant près de deux ans, des témoins de cette période, fréquenté assidûment les Archives départementales du Finistère, et longuement étudié le Journal inédit de Maurice Caradec. Elle en a tissé les informations dans un récit – sous forme de chronique rendant compte des événements presque au jour le jour – qui donne une unité narrative à l’ensemble.

Saint-Pol-Roux n’y est pas oublié. Brigitte Charoy y raconte, avec une sobriété de style qui a souvent manqué aux biographes du poète, ses derniers jours, de la terrible nuit du 22 au 23 juin à sa mort, le 18 octobre 1940. Le souvenir du Magnifique perdurera bien vivant à Camaret les mois qui suivirent puisque Divine, à peine et difficilement remise de sa blessure à la jambe, y reviendra vivre quelque temps, d’abord hébergée, en face du Manoir réquisitionné par les nazis, chez les parents de Rose Bruteller, l’amie héroïque et dévouée, assassinée pour avoir sauvé le poète et sa fille.

L’événement ne constitue évidemment pas l’essentiel de cette chronique, qui permet surtout de découvrir et de suivre le quotidien des Camarétois pendant l’Occupation de  juin 1940 à décembre 1943 ; mais nous ne pouvions manquer de signaler aux amateurs du poète l’existence de cette somme tant le nom et le destin de Saint-Pol-Roux furent liés à ce petit port du bout du monde.

Brigitte Charoy, Si ces messieurs pouvaient plutôt s’installer au salon… (Chronique de l’Occupation à Camaret-sur-mer), tome I [1940-1943], Crozon, Éditions Notre Presqu’île, 2017 (464 pp., 22 €). Pour plus d’informations, cliquez ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search