Vient de paraître : L’ivre du Soleil, anthologie biographique de Saint-Pol-Roux par Brigitte Charoy

L’art de l’anthologie est difficile. Surtout, parce qu’il est un art de l’élimination. Plus peut-être que celui qui sélectionne, l’anthologiste est celui qui met de côté. Par idéologie, ne retenant alors que les textes qui lui semblent correspondre à l’idée qu’il se fait et veut défendre de la poésie ; par contrainte, quand il s’est fixé une limite générique, thématique ou historique ; par paresse, tant la lecture d’œuvres complètes peut paraître décourageante ; ou, simplement, par goût personnel, et on pense à la belle anthologie d’Eluard, Le meilleur choix de poèmes est celui que l’on fait pour soi. Brigitte Charoy, elle, s’est imposée une contrainte : il fallait que les 42 poèmes choisis, lus du premier jusqu’au dernier, permettent au lecteur de suivre l’itinéraire biographique de Saint-Pol-Roux, de station en station, de Marseille à Camaret, en passant par Paris, Arville et Roscanvel. C’est sans doute la moins frustrante des contraintes, car elle n’interdit pas l’expression du goût personnel de l’auteure ; et nous croyons que Brigitte Charoy a choisi, dans la limite qu’elle s’était fixée, d’abord les poèmes qu’elle aimait. C’est, incontestablement, une des qualités de cette anthologie, qui ne cherche à rien prouver (ni le génie symboliste, ni le précurseur du surréalisme, ni le barde breton, ni la modernité poétique), mais ambitionne simplement de donner à lire une œuvre et, à travers elle, la vie “de cet humaniste, simple, généreux, et tellement vivant…” qu’est Saint-Pol-Roux. La voix du poète, bien sûr, y résonne avec toutes ses nuances, et celle, modeste, de l’anthologiste n’y intervient que pour aider la transition d’une station biographique à l’autre. Avec toutes ses nuances… il convient d’insister sur ce point. Car Brigitte Charoy a lu tout Saint-Pol-Roux et n’a rien négligé de son œuvre, hormis le théâtre dont il est périlleux toujours d’isoler les morceaux de bravoure. Aussi retrouve-t-on dans L’ivre du Soleil des textes qui ne furent pas recueillis dans les trois volumes des Reposoirs de la procession et des métaphorismes issus des œuvres futures, offrant ainsi au lecteur un large éventail de l’expression idéoréaliste.

Ajoutons que le livre de Brigitte Charoy comble un manque. La dernière anthologie française de poèmes de Saint-Pol-Roux – si l’on excepte la réédition revue et augmentée par Jacques Goorma du Saint-Pol-Roux de Briant (1989) et le volume de La Rose et les épines du chemin paru dans la collection Poésie/Gallimard qui est suivi d’un pertinent mais contraint “choix de textes” (1997) – était celle d’Alain Jouffroy, Les plus belles pages de Saint-Pol-Roux, éditée par le Mercure de France en 1966, et épuisée depuis longtemps. Toutes celles et ceux qui souhaiteraient donc découvrir la poésie si singulière du Magnifique sans savoir par quel aspect commencer peuvent désormais le faire sans courir trop de risques en se procurant cette riche anthologie biographique.

Brigitte Charoy, L’ivre du Soleil, anthologie biographique de Saint-Pol-Roux, Camaret-sur-mer, Éditions Notre Presqu’île, 2022 (264 p., 15 €). Le livre est disponible dans plusieurs points de vente et librairies à Camaret et Crozon ou sur commande à partir du site de l’éditeur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search